Sans Détour

Sans Détour

Chronique de lundi 15 juin

Zida/RSP

peut-être le temps de réconciliation 

 

On Commence la semaine avec deux actes qui ne manqueront pas d’alimenter les débats politiques et les polémiques.

Il y a eu bien évidemment le discours sur l’Etat de la nation du premier ministre Zida, dont on retient, comme point essentiel : « Que le souci principal c’est d’organiser les élections à date. Que le nouveau projet de constitution peut attendre, parce qu’en l’état des choses, le gouvernement qui peine à boucler les 69 milliards de f cfa environ pour les présidentielle, législative et municipale, ne va pas se risquer dans une nouvelle aventure. Mais Zida qui est un homme aux décisions zigzagantes, n’a pas échappé là encore à sa réputation. Il ne ferme pas totalement les ambitions pour une nouvelle constitution, si d’aventure la Commission de réconciliation déposait « un avant projet ». Il y a donc, encore du temps pour la réflexion autour d’une éventuelle nouvelle constitution, jusqu’au 13 août. On ne voit pas comment, mais les voies de Zida sont impénétrables.

Normalement au moment du dépôt des conclusions de la Commission de réconciliation on devrait être à moins d’un mois du premier tour de la présidentielle. Est-ce qu’on pourrait tout interrompre et tout reconfigurer en ce moment ? On ne voit pas comment, mais il faut qu’en bien même attendre.

En ce qui concerne le sort du RSP, Zida n’a rien dit de nouveau en vérité. Depuis son périple Nord américain, il avait déjà fait son retournement de veste sur la question. S’il faut trouver qu’en bien même de l’inédit dans l’affaire  c’est d’avoir porté l’estocade devant ; un président du CNT dont les positions anti « RSP » sont connues et reconnues et devant la myriade des OSC qui ont fait de la haine du RSP « une ligne de mobilisation sociale ». Donc cette annonce devant les représentants de la nation et dans les termes choisis par Zida vaut son pesant d’amertumes pour ceux qui avaient fait dans l’exhortation, à la Malik, « en sortant leurs carquois et flèches » pour sauver le soldat Zida. Il semble selon certaines indiscrétions que le rassemblement du RSP de ce lundi matin, sera consacré aux propos du premier ministre devant le CNT, qui exultent le régiment de joie et surtout d’un Sms anonyme reçu par les mêmes hommes, les exhortant désormais à se réconcilier, avec un Zida, revenu à des meilleurs sentiments. Mais il en faudra plus pour réconcilier Zida et ses frères d’arme du RSP, puisqu’au même moment, Zida aurait fait passer des messages d’apaisement à ses « soutiens OSC », les exhortant à ne pas prendre à la lettre « sa nouvelle position sur le RSP ». Zida est vraiment « trop trop fort !!! »     

Autre point important de l’actualité, les conclusions de cette rencontre du groupe de contact, depuis Johannesburg, en Afrique du Sud, sur la situation de la transition.

Le texte final pèse les mots. Sans être rédhibitoires les propos, sont qu’en bien même ceux que l’on ne veut pas entendre sous les latitudes transitaires burkinabè. La réaffirmation du « principe de l’inclusion », dans les élections à avenir et l’exhortation d’instituer un cadre de concertation à toutes les étapes du processus électoral y compris en ce qui concerne la mise en œuvre du code électoral. On repense en cela au propos de l’ambassadeur de France à Ouaga « une application discernée et intelligente » de la loi Cherif. La communauté internationale est convaincue que les Burkinabè, au-delà de certaines positions maximalistes, sont capables d’une telle élévation. L’inclusion reste donc l’exigence de la communauté internationale pour les élections à venir au Burkina.  

Une quatrième réunion du comité de suivi, devrait se tenir, avant les élections et à une date à convenir. Mais d’ici là, C’est le chapitre local du « Groupe international de suivi de la transition » qui a été mandaté de suivre la mise en œuvre des conclusions de Johannesburg. La transition est bien une affaire de « Burkinabè », mais elle se déroule sous l’œil de la communauté internationale. Et dans cette perspective aussi la décision de la Cour de Justice de la CEDEAO est évidemment attendue. 



15/06/2015
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2669 autres membres