Sans Détour

Sans Détour

Chronique de mardi 19 mai 2015

La convention des sankararistes, on prend les mêmes et on recommence.

sankara benewendé.jpg

Ce sera le bien nommé « Benewendé », pour porter les couleurs du sankarisme en octobre 2015. Pour la troisième fois,  l’homme à la barbichette va aller à la conquête de Kosyam pour le compte des Sankaristes.

Sous quels auspices se présente ce troisième essai ?

Au sein de la famille Sankariste, l’unité est encore une belle arlésienne.  La convention, avec la présence de la veuve de Thom Sank, a connu un lustre peu ordinaire, mais les résultats restent encore largement dans le symbole.

Dans ces genres de rassemblement on fait plutôt attention aux absents. Il y en avait deux. Le Lion, avec son PUND, qui pèse 3%, environ, de l’électorat. C’est le score qu’il a réalisé à la présidentielle de 2010 et Jean Baptiste Natama, le nouveau  loup, aux dents bien longues, dont on ne connait pas encore le poids électoral, sauf ce qu’en disent les rares sondages réalisés depuis le début de l’année 2015. Celui fait par Honko et le journal Bendré, en février dernier, l’accrédite d’une intention de vote d’environ 2%. Le Lion et Jean Baptiste Natama pèsent donc ensemble environ 5% de l’électorat.

Benewendé lui-même, sur les deux présidentielles passées, 2005 et 2010 a ressemblé autour de son nom entre 5 et 6% des votes.

Pour cette convention qui a porté son dévolu sur lui, il y avait 9 protagonistes dont le poids électoral tend plutôt vers Ypsilon. L’alliance qui est sortie de la convention a donc les  inconvénients ci-après:

-         Elle est constituée par des gens qui pèsent peu, pour ne pas dire plus

-         Il n’y a pas encore de fusion, mais un rassemblement.

La corbeille commune ainsi constituée, électoralement et financièrement est bien maigre, même si une promesse a été faite de payer collectivement la caution de 25 millions de f cfa du candidat. Sans être désobligeant, on peut imaginer que c’est faute de pouvoir rassembler une telle somme que certains se sont résignés. Autrement on en connait qui aurait cavalé pour eux-mêmes.

Bref ! Ce rassemblement autour de Benewendé est un atout plutôt symbolique. En matière électoral, ce n’est pas « magie », comme dirait nos frères ivoiriens, ce sont les ruisseaux qui vont le fleuve, encore faut-il qu’ils charrient de l’eau.

Est-ce que le contexte nouveau, né de l’insurrection peut souffler dans les voiles de Bénewendé ? A la marge peut-être. L’opinion nationale est presque déjà cristallisée sur les choix. Il est peu probable que l’issu du scrutin présidentiel, soit autre que celui que l’on voit se dessiner entre les deux grands de la scène politique MPP ou UPC. Même s’il devrait y avoir un troisième Larron, les intentions telles qu’elles sont mesurées aujourd’hui ne sont pas favorables aux sankaristes.

 Quelles perspectives alors ?

Idéalement, pour subsister et maintenir son rang, il faut que le groupe actuel s’ouvre à de nouveaux venus qui comptent ou qui ont un profil plus attractif. La majorité des acteurs actuels, ceux qui sont aux avants postes, sont pour l’essentiel, n’y voyez aucune méchanceté, sur la voie de « la ménopause politique ». Il faut donc impérativement reconfigurer le projet sankariste et absorber de nouvelles énergies. Il est même possible que des potentialités existent au sein du groupe, sauf que pour l’instant ils n’arrivent pas à éclore. Dans une configuration plus conquérante, des personnalités comme Ambroise Farama, Bassière Batio et Alexandre Sankara sont des éléments de choix.

Il y a enfin la donne Mariam Sankara.  Son retour devrait momentanément servir la cause. Est-ce qu’elle peut user de son entregent pour réaliser la refondation indispensable du Sankarisme ? Si elle y arrivait, ce serait incontestablement la plus belle façon de réhabiliter son époux. Pour Bénewendé, même si en cette matière, il n’y a pas d’article 37, c’est évident que c’est sa dernière bataille comme candidat des sankaristes à une présidentielle. A défaut de la gagner, il peut rendre service à la cause, en pensant déjà à favoriser une bonne relève en s’entourant des éléments les plus prometteurs et en les faisant élire aux législatives, pour assurer la présence d’une fournée vaillantes de sankaristes à la prochaine assemblée nationale.               

 



19/05/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2667 autres membres