Sans Détour

Sans Détour

Chronique de mardi 26 mai

Bassolet avec ses sorties a t-il troublé la quiétude de l’ «exclusion » ?

djibril bassolet.jpg

 

Que s’est-il passé avec cette sortie plus que remarquée de Djibril Bassolet, qui vient de fait,  d’annoncer sa candidature à la présidentielle d’octobre prochain. Il a certes, choisi des régions bien éloignées, de la bouillante Ouagadougou, notamment Sebba, la capitale de la lointaine Yagha et un petit village anonyme dans la province de l’Oudalan. Mais son cortège impressionnant et ses rassemblements bien achalandés en monde, ne sont pas passés inaperçus, bien au contraire.

Selon des informations que nous avons pu recouper, le retour de Djibril Bassolet avait été précédé, pourtant, de marchandages avec d’engagements.

Au niveau des marchandages d’abord. Un chef d’Etat de la sous région a mandaté un émissaire, pour rencontrer un certains nombre d’organisations de la société civile et leurs leaders pour négocier, son retour avec la ferme promesse que Djibril Bassolet serait très discret.

Deuxième tractation, le premier ministre Zida a réuni presque les mêmes OSC, on parle de celles qui sont considérées comme les têtes de proue de l’exclusion, pour leur annoncer que Djibril Bassolet va rentrer et qu’il a promis de se tenir tranquille, mais en contre partie, il demande le report de la date des élections. Et nous revoilà sur ce serpent de mer de la transition depuis quelques semaines maintenant. La fameuse affaire de prolongation. Zida a-t-il ainsi voulu préparer ces OSC ou bien leur a-t-il donné un os à ronger. Car si beaucoup d’osc « exclusionphiles » ne veulent pas voir, même en peinture les dignitaires de l’ancien régime, elles ne sont pas insensibles à une éventuelle prolongation de la transition. Comme diront les ivoiriens, c’est une affaire de « Gnadin ».  

Est-il donc possible qu’en échange du prolongement de leur « mangement » comme dirait Goama, certains renient leur aversion et se montrent plus conciliants pour un éventuel compromis ?  Ce sont des questions qui sont sur la table.

Cette situation trouble au plus haut point, les responsables des partis politiques. Certains se demandent à quel jeu joue vraiment Zida ? Autant le président Kafando leur parait plus cohérent et constant, il a redit devant le corps diplomatique, encore récemment, que les élections allaient se tenir à date, autant le silence de Zida ne les rassure pas. Et cette rencontre avec les OSC, annonçant le retour de Djibril assorti d’une demande de prolongation de la transition, a ajouté à leur trouble.

 Est-ce pour cette raison que le président du MPP, Roch Marc Christian Kaboré, devant la convention des anciens de son parti, a exigé que la date du 11 octobre soit respectée ? Il est fort possible. Comme on le sait Roch Christian Kaboré n’a pas l’habitude de se prononcer publiquement sur la conduite de la transition.

Djibril Bassolet est donc rentré. S’il avait vraiment promis, il ne l’a pas respecté. La sortie qu’il vient de faire le consacre du même coup, comme un candidat sérieux à la présidentielle à venir. Lui appliquer la loi Cherif, va devenir compliqué et paraitre très arbitraire. Les partenaires ont vu les images et c’est de toute façon pour leur consommation qu’elles ont été réalisées. Mais les Burkinabè aussi, parce que après tout ce sont les burkinabè qui auront à trancher.  

Mais en même temps, pour qui connait Djibril Bassolet, il ne peut pas avoir fait une telle sortie, s’il n’a pas avisé les autorités compétentes. Alors il me vient à l’esprit, cette petite phrase d’une conversation inbox « Et si certaines choses échappaient à la sagacité des vaillant combattants de la transition ? »



26/05/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2668 autres membres