Sans Détour

Sans Détour

Kafando arrive à Paris

Cette fois c'est la bonne! 

 

kafando.jpg

Kafando arrive ce dimanche 31 mai, en fin de soirée pour entamer un séjour d’une semaine en France.

Il ne s’agit vraisemblablement pas de visite d’Etat, mais d’un séjour, dont la partie visite aux autorités françaises commence le 1 er juin avec une audience à 11 heure à l’Elysée.

Puis devrait suivre un déjeuner à 13 heure avec Elisabeth Guigou présidente de la Commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée nationale.

Cette première journée du séjour de Kafando s’achève avec l’audience que lui accorde Claude Bartelone, président de l’assemblée nationale de France, en fin de journée.

Le lendemain, 2 juin à 16h30, le président de la Transition est reçu en audience à la Francophonie.

La journée du 3 mai, commence aussi en début de soirée avec des rencontres qui auront lieu au sein de l’ambassade. Une rencontre avec les Consuls honoraires du Burkina qui est prévue pour durer  une heure de temps et suivie immédiatement par la Rencontre avec la communauté Burkinabè en France.

Selon le programme établi par les services de l’ambassade, la partie officielle du séjour finie le 3 juin.

Son départ de la France est prévu pour le 7. Il y a donc probablement des jours « off » pour le président.

A ce jour des associations, par le biais de l’ambassade à Paris ont demandé des audiences au président, elles n’ont pas encore reçu de suite. Sont de celles là « le Collectif contre la confiscation de la démocratie au Burkina, né le 26 octobre 2014. Ce Collectif ( sous le modèle de celui crée au temps de la lutte pour la justice pour Norbert Zongo) regroupe à la fois les structures politiques et les OSC. Il avait déjà pu mobiliser environ 6000 euros, pour soutenir les victimes de l’insurrection. Selon un de ses responsables que radio Omega a pu joindre « le collectif veut voir avec Kafando, comment être utile à la transition ».

Un autre aspect de cette visite de Kafando, qu’il vaut signaler, c’est d’avoir choisi d’habiter la résidence du Burkina à la Celle-Saint-Cloue et non dans un de ces luxueux palaces Parisiens.

Cette résidence restaurée quand Blaise Compaoré a commencé à avoir ses problèmes de santé, n’a pas beaucoup servie. Pourtant c’est une belle résidence, à une douzaine de km de Paris. En cela on peut dire que le président de la Transition est conforme avec son mot d’ordre de « réduction du train de vie de l’Etat ».

Paris

Newton Ahmed BARRY

Pour radio omega 



31/05/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2665 autres membres