Sans Détour

Sans Détour

Historique, y a pas d?autres mots !

Mardi 28 octobre

 

Les burkinabè sont extraordinaires et surprendront toujours le monde. Avec eux, il ne faut jamais dire jamais. Ils peuvent être parfois d’un attentisme navrant, mais comme disent justement les moose « le beurre peut se solidifier, mais il reste toujours propre à la consommation ».

     Mardi 28.jpg
Au-delà de la guerre des chiffres, la réalité elle est incontestable. Des millions de burkinabè sur l’ensemble du territoire, au même moment avec la même ferveur et la même détermination pour dire « non à la modification de l’article 37 de notre constitution » ? Personne n’aura imaginé cela possible.

Les officines de la propagande politique, chèrement payées par le régime, avaient réussi à accréditer l’idée d’une « contestation réduite à l’élite des villes ». Depuis ce mardi 28 octobre, désormais historique, chacun sait à quoi s’en tenir.

Burkinabè, un peuple patient !

Forgé dans l’adversité de la nature, le caractère burkinabè est symptomatique de la patience qui exprime à travers cet autre proverbe moaga « c’est ce qui n’est pas arrivé qui ne passe pas ». Les burkinabè sont donc d’un optimisme désarmant, jamais de complainte et toujours dans la posture du « Yel kayé », traduit en français « y a pas de problème ». Le tout dans cette philosophie de vie construite sur cette pudeur qui commande de ne rien laisser paraitre de ses contrariétés internes « wend na kit tib samdo, lad ra bang do ye». Il est donc très difficile de connaitre un burkinabè au premier abord. Il faut vivre avec lui, pour le connaitre et le percer. Nous sommes donc un peuple complexe, mais à cheval sur la « mesure ». Les burkinabè sont donc mesurés, mais déterminés. Ils peuvent parfois avoir une capacité d’encaissement incroyable, mais savent le moment venu se faire entendre sans équivoque. C’est pourquoi, malgré notre relative pauvreté matérielle, due à l’adversité de la nature, nous avons eu une histoire toujours singulière, dans l’espace ouest africain.

Ce mardi 28, les burkinabè se sont définitivement prononcé sur la question de l’article 37. Ils ont fait leur référendum. Si les députés veulent, qu’ils les écoutent et l’histoire le leur revaudra. Ils peuvent aussi décider, de rester des rebuts de l’histoire. C’est à eux de choisir. L’histoire s’est déjà accomplie ce 28 octobre.

Newton Ahmed BARRY     



29/10/2014
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2669 autres membres