Sans Détour

Sans Détour

Chronique de vendredi

 

Ainsi, le RSP ne sera pas dissout !

Je l’avais dit et certains m’en ont voulu

Nous avions dit quelque chose qui nous a fallu tous les quolibets possible et inimaginable. Zida depuis Washington, nous a rendu justice. Le RSP ne sera pas dissout. Ce que nous avions dit pourtant procédait du bon sens même :

-        Beaucoup n’ont pas suivi, mais le RSP a beaucoup mué. Celui que nous avons aujourd’hui n’est pas comparable à celui des Edmond Koama, des Hyacinthe Kafando et autre Baro Banagoulo. Il est peu sur que ces noms parlent à beaucoup d’insurgés.

 

-        Disons encore une chose qui va outrer, les gens à la pensée courte. Blaise Compaoré avait tous les défauts, mais il savait écouter ( c’est peut-être une raison de sa longévité au pouvoir). A partir de 1998, après l’énorme mouvement de contestation sociale suite à l’assassinat de Norbert Zongo, dans lequel s’est illustré de façon exemplaire un certain Halidou Ouédraogo, que l’on devrait sanctifier de son vivant, Blaise Compaoré a mis en place plusieurs commissions, dont le Collège des sages qui a fait un excellent travail.

 

-        Parmi les recommandations de ce collège des sages figurait le traitement à réserver à la sécurité du président. Blaise n’a pas fait droit à toutes les recommandations mais il a fait évoluer substantiellement le format du RSP. Les recrutements sont devenus plus professionnels et les missions ont été mieux redéfinies. Il en existait encore évidemment quelques prétoriens, à sa solde, mais le gros de la troupe était formé dans les règles de la sécurité et de la défense. La révulsion des Burkinabè pour le RSP est bien réelle et bien légitime. Parce que beaucoup n’ont pas vu les changements qui se sont opérés dans le régiment. Quand Zida, dit que la plus part des éléments actuels du RSP n’étaient pas encore au régiment au moment de la perpétration des assassinats de Sankara, Dabo, David Ouédraogo et Norbert Zongo, il a raison. Certains d’ailleurs n’étaient pas encore nés. Blaise avait donc intégré les critiques et avait fait évoluer fondamentalement le régiment. C’est pour quoi d’ailleurs en 2011, souvenez-vous, Blaise avait détalé devant la colère du régiment.

 

-        Deuxième élément important, il n’est pas opportun de se priver d’un régiment comme le RSP, dans le contexte sécuritaire sous régional qui est le notre. C’est pas les aimer que de dire ça. C’est une juste analyse du contexte. On peut à la limite changer la dénomination du régiment. Il est fort probablement que le document actuellement en train les mains de Zida aille dans ce sens.

Finissons par une anticipation qui va dresser les cheveux et nous valoir encore de grosses inimitiés. La loi Cherif, sera réélue. Il ne peut pas en être autrement. Ce sera une des recommandations de la commission de réconciliation. On ne peut imaginer que Mgr Paul Ouédraogo qui a signé le rapport du collège des sages qui disait expressément, après avoir autopsié le régime de Blaise Compaoré que les maux du pays provenaient du « radicalisme, de l’exclusion (…) de l’absence de consensus sur les textes fondamentaux (…) dont le code électoral » ne pas recommander fortement la révision de cette loi. Ceux qui en doutent peuvent prendre le pari.  Ce sera tant mieux pour le gouvernement qui va de la sorte sauver la face. Il pourra dire : « on écoute le peuple, mais ce sont les sages qui ont dit de ne pas faire ».

 

 



16/04/2015
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2665 autres membres