Sans Détour

Sans Détour

Chronique de lundi 10 mai

 

CDP, the president is EDDIE !

Le CDP a fini par tenir son congrès, ordinairement extraordinaire. A l'arrivée, un gagnant qu'on n'a pas vu venir. Du moins on n’avait pas compté avec le général Gilbert Diendiéré !

 eddie comboigo.jpg

Le congrès de l’après Blaise voit arriver à la tête du CDP, une nouvelle génération. Eddy est jeune, oui mais bof ! Ça dépend de où on met la barre. A côté d’un Nabobo Kanidolo, ( pardon comme les rwandais avec les « L » j’ai des problèmes avec les « H » ») évidemment Eddy est un bébé.

C’est en tout cas un pur produit du système Compaoré. Le golden boy des affaires de la Compaorose. Il est avec les Alpha Yago, les jeunes Turcs des dernières années de la « Blaisie ».

Son élection constitue un changement, tout de même, dans le paradigme des désignations des premiers responsables du parti. Il ne figurait pas sur la short liste des cinq noms que François Compaoré avait envoyé en février dernier, par un émissaire béninois, qui plaçait le tiercé gagnant comme suit :

-         Arthur kafando, premier

-         Giblert Diéndéré, second

-         Kadré Désiré Ouédraogo, troisième

Cette liste a finalement été abandonnée. Quoique ? Eddie est plutôt de l’écurie du général. Donc à défaut du champion, ce sera (pour parler comme Facebook) son avatar pour diriger le CDP.

Eddie peut-il rassembler ? Il est de la trempe d’un général Honoré Nabéré, plutôt « vie de champagne et de choses clinquantes ». Jusque là, aussi bien pour la politique que les pour les affaires, il a été un excellent « go betwen ». On peut imaginer qu’il va continuer à être chaperonné par Fatou Diendéré, à moins qu’il ne lui fasse le coup de Zida à Gilbert. Comme dit Machiavel si vous êtes cause que quelqu’un devient roi, vous courrez à votre perte. Ce que la bonne sagesse Moaga résume par « Naab ka tar ba », « un chef ne se connait pas une autorité au dessus de lui »

Eddie, peut-il échapper à l’opération « main propre », là, encore ça dépend ? Au moins sur deux points, il devrait dormir d’un sommeil « d’injuste ».

-         Il y a eu une opération vente des véhicules reformés de l’Etat, il y a de cela quelques années, mais, elle avait marqué les gens par son caractère « pas franchement orthodoxe ». La mémoire joue parfois des tours, mais il semble qu’un rapport de la Cour des Comptes en avait fait cas.

-         Deuxième affaire, celle qui a été la saga des derniers mois de la vie du régime Compaoré, les affaires de concessions minières. Eddie et le premier fils de Alizeta Gando se sont affrontés pour deux concessions. Le second est sorti vainqueur, parce que « off course… ». Mais nonobstant le caractère manifestement répréhensible de la prétention de Eddie, il a exploité une information qu’il a obtenu, en tant que membre d’un Conseil d’administration, donc un délit d’initié flagrant, les responsables des mines et des carrières n’avaient pas été flair Play. C’est pourquoi d’ailleurs, pour se faire pardonner, les Mines et Carrières avaient déployé devant lui une carte du Burkina, lui demandant de faire son choix. Est-ce que cette opération a été conduite à son terme ? Peut-être pas, puisque Eddie n’avait pas fini de bouder, quand l’insurrection est survenue.

Le CDP est sorti de l’écurie « Compaoré » pour une autre. Pas très éloignée, qui rappelle ce que certains observateurs disaient « le choix de Blaise est fait…Ce sera le général ». On n’y est pas encore totalement, parce que l’intéressé dément toujours vouloir jouer un quelconque rôle politique. Mais on n’y est presque, parce qu’il a un instrument, que l’adversité n’a pas rabiboché, qui va lui permettre de peser dans les scrutins à venir. En politique, quand il s’agit de gagner, on n’est pas regardant sur la couleur « de la carte de l’électeur ». Donc in fine, on va dire « the president is Eddie » But the winner is « the Général ».         



10/05/2015
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2668 autres membres