Sans Détour

Sans Détour

Chronique de vendredi 11 septembre

 Ils seront finalement 14 à se frotter aux présidentielles d'octobre.

Les élections de fin de transition.

La campagne peut commencer. Il faut souhaiter qu'elle soit digne.

Que surtout l'après élection soit apaisé. 

 

La boucle est bouclée !

 

Sans grande surprise, Djibril et Yac ont été recalés. Miraculeusement Ram et Salvador, les chantres du « Front Républicain » eux passent les mailles du filet. Le Conseil Constitutionnel a sans doute une explication qui sera connue dans les jours à venir.

La marche a été laborieuse depuis le 7 avril dernier. Finalement l’esprit de « punition » diront les uns ou la nécessité « que chacun assume les conséquences des actes publiques qu’il déploie », objecterons plutôt les autres, a fini par prévaloir. Il y a quelque chose d’intéressant, dans toute action publique, c’est qu’elle ne manque jamais de rattraper ceux qui l’enfantent. Beaucoup plus que ceux qui subissent actuellement, ce sont ceux qui sont actuellement aux affaires qui devraient s’interroger. Les actions que chacun pose aujourd’hui, il devra en répondre demain. Ainsi vu, du mal peut naitre quelque chose de bien. Puisque demain n’est jamais très loin.

Dans la compétition des présidentielles, il y aura quand même deux représentants de l’ex majorité. Deux candidatures insignifiantes, électoralement parlant. Mais symbolique tout de même. De la sorte on ne peut pas dire que l’ex-majorité est totalement absente. Les deux grands des présidentielles à venir, vont maintenant se ruer sur la dépouille encore fumante des grands de l’ex majorité, CDP, ADF et la NAFA. Chacun selon un avantage comparatif. C’est un secret de polichinelle de dire que les appareils et les élites de l’ex majorité sont plutôt « ZEPH UPC ». Le MPP devra se contenter de quelques transfuges et probablement de la base. A défaut, à la guerre comme à la guerre, le MPP pourrait rendre inutilisable ce vivier pour personne.

Maintenant que l’étape des validations est passée. Il va s’ouvrir les disputes politiques. On peut parier que Ablassé Ouédraogo ne sera pas du « regroupement de gauche » qui a comme chef de file naturel le MPP et ça quoiqu’il arrive.

Autres choses, mais en rapport avec nos affaires domestiques, demain samedi 12 septembre, malgré tout se tient un sommet extraordinaire de la Cedeao, avec comme un des points de l’ordre du jour « Le Burkina Faso ». Que peut-il en sortir ? On le saura. Ce week-end aussi, enfin ! La Commission de Mgr Paul Ouédraogo devrait rendre sa copie. Les fruits des cogitations de la commission sont sensés indiquer comment rendre justice, comment imaginer les reformes appropriées  du système politique, surtout comment réconcilier les Burkinabè. Comme ce rapport arrive à postériori, le remède devra être celui du cheval. Mais comme on dit demain ce n’est plus loin.

 



11/09/2015
8 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2662 autres membres